Allons voir si la rose…

 

Difficile de ne pas remarquer dans notre boutique de la rue de Saintonge, ces drôles de tapis sombres ou noirs à grands motifs floraux… Pas le tapis de quiconque, des pièces très fortes… Nous les avons testés dans la vraie vie au milieu d’intérieurs modernes et, pour nous, le rendu est non seulement superbe, mais colle aussi étroitement à notre univers. Pour le plaisir, nous avons ajouté à ce post quelques photos d’inspiration.

Ces tapis ont aussi une histoire. Nous avons voulu la partager avec vous.

Tissés à la main, les Kilims à la Rose (c’est leur nom), apparaissent au XIXe siècle, quand la cour de Russie adopte le goût français, notamment en matière de mobilier et de tissus. Les nobles commandent alors aux tisseurs ancestraux du Karabagh, une région de tribus nomades coincée entre l’Iran, l’Azerbaïdjan et l’Arménie, des tapis dans l’esprit des tapisseries d’Aubusson, des Gobelins ou de la Savonnerie. Rapidement synonyme de chic, cette mode est reprise par les officiers russes en poste dans les Balkans, puis par les familles de la haute bourgeoisie locale. Leur production s’étend alors du nord de la Turquie à la Moldavie qui sont plus rares et plus recherchés. Ceux que nous sélectionnons pour vous proviennent de cette région et ont généralement entre 50 et 70 ans d’âge.

Venez vite les découvrir chez nous!

...[+]
Comments are closed.